01 août, 2009

Emmanuel Anquetil


Emmanuel Anquetil.
Le père du syndicalisme mauricien.

Jean Baptiste Caromey Emmanuel Anquetil est né le 18 août 1885. Il a beaucoup voyagé quand il était marin. Los d’un voyage en Inde Jaynarain Roy qui devait travailler avec lui et faire son Obituaire au Conseil législatif était également à bord. En 1937 il devient membre du parti travailliste En 1941, Curé quitte la présidence du Parti Travailliste. Emmanuel Anquetil lui succède.
Pendant 10 ans Anquetil et son adjoint Guy Rozemont et le pandit Sahadeo vont sillonner l’île pour faire des adeptes. Ils étaient de varies syndicalistes d’une exemplaire sincérité. Le gouvernement les a accuse d’avoir fomenté les troubles de Belle Vue Harel
“Ce syndicaliste a tout sacrifié à sa lutte pour les travailleurs”. (Rivaltz Quenette).
Emmanuel Anquetil va quitter sa situation de marin pour militer activement comme syndicaliste au service des travailleurs mauriciens. Avec son cri: "Travailleurs debout !", Anquetil conscientise les masses. Il va plus tard déclenche une grande grève dans les docks en 1937. Il sera alors déporté à Rodrigue. L’Industrial Association Ordinance (mai 1938), accodait le droit aux travailleurs de cesser le travail et de faire grève en cas de litige avec l'employeur après une période de trente jours quand des tentatives de conciliation ont échoué.
Rentré au pays, il reprend son combat et à Belle Vue Harel, en 1943, pendant la grève ou les policiers vont faire feu sur la foule. Il y aura deux morts, dont Anjalay Coopan.
Le gouvernement colonial mettra sur pied deux commissions d'enquêtes en 1937 et 1943. La Commission d'enquête de 1937, était présidée par le Britannique Hooper. Il rend Curé et ses acolytes responsable des émeutes.
Le gouverneur Bede Clifford nomma deux représentants de la communauté indo mauricienne au Conseil du Gouvernement : Abdul Osman et Seeparsad Seerbookhan pour calmer les laboureurs
Maurice Curé se rendit vite compte que certains du parti travailliste négocient avec le gouverneur sans son accord.
Dès 1940 des élites de souche indo mauriciennes venue de Londres ou elles avaient été étudier commença à infiltrer le mouvement syndical du parti travailliste. Curé déclare un jour avec une étonnante prémonition "Les travailleurs, créoles ou indiens, sont fondamentalement de la même couleur. Ils défendent des intérêts communs unis sous la même bannière. Aujourd'hui, le leader du Parti Travailliste est un Créole; demain, il sera un Indien. Cela est bon, mais les travailleurs doivent faire attention à ce qu'un jour, les intellectuels indiens ne cherchent à créer un parti ostensiblement pour les laboureurs, mais en réalité pour eux-mêmes".Les intellectuels indiens venus de Londres allait bientôt dominer la scène politique avec l’innocent appui des pauvres travailleurs indiens. IL y avait pourtant quelques hommes d’une grande sincérité au sein du parti travailliste: Renganaden Seeneevassen, Jay Narain Roy, Sewoosagur Ramgoolam et Sookdeo Bissoundoyal .
C’est en 1950, que Seeneevassen a été approché par le docteur Maurice Curé et Emmanuel Anquetil pour se joindre au Parti travailliste de même que Seewoosagur Ramgoolam.
Seenevassen, un avocet que j’ai souvent rencontré à Port Louis, est mort prématurément à 48 ans. Roy devait devenir un grand ami d’Anquetil. Il a fondé Advance puis Janata. Il a écrit dans plusieurs journaux L’œuvre du docteur Millien et le Mauricien. Beacucoup de ses articles dénoncent l’oppression des laboureurs dans les champs de canne.
Le parti travailliste de Curé et Anquetil allait oeuvrer pour laboureurs indiens et artisans créoles..
Les années 1937 et 1938 furent marquées par des grèves

Seewoosagur Ramgoolam devient dirigent du parti en 1941 après le départ de Maurice Curé. En 1947, les anglais ont introduit le droit de vote pour tous.
Devenus majoritaires les hindous vont remporter les élections avec le Parti Travailliste en 1948. Ramgoolam siégeait déjà comme nominée au Conseil Législatif depuis 1940 recommandé par Mohabeer Burrenchobay au gouverneur générale de l’île Sir Bede Clifford.

Une alliance politique, le Parti de l’Indépendance permet au PTr et ses alliés remporter de justesse les élections d’août 1967. face au Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) de Gaëtan Duval .
Maurice devient indépendante le 12 mars 1968.

Depuis la mort de Rozemont en 1956 et celle de Seeneevassen en 1957, le Parti Travailliste aura une tendance orienté vers le communalisme. C’est le parti hindou, avec quelques représentants créoles et musulmans.

Le communalisme et le sectarisme une fois introduit en politique va définitivement s’accrocher, même de nos jours. Le peuple est divisé pour le maintien de certains au pouvoir. Avec les bagarres communales de 1965 et de 1968, l’action syndicale va graduellement s’estomper. Le jour du travail, le 1er mai accordé depuis Rozemont deviendra le jour des politiciens qui vont rassembler les partisans travailleurs et non les syndicalistes affaiblis.
Les syndicalistes du parti de Paul Bérenger, le MMM ne réussiront pas à changer cette tournure communale.
Emmanuel Anquetil, âgé de 63 ans, meurt le 29 décembre 1946. Un buste du syndicaliste Emmanuel Anquetil, se trouve au jardin devant l’hôtel du gouvernement.

Aucun commentaire: