30 avril, 2009

Dr. Maurice Curé.


Dr Maurice Curé.


Jules Maurice Curé est né le 3 Septembre1886 à Port Louis. Il est mort à Curepipe, ou il a longtemps vécu le 2 mars1977. Il a été le fondateur et le premier president du parti travailliste.

A Maurice, l’oligarchie cmposée des blancs et des riches de la haute classe moyenne considérait le Curé comme un agitateur qui montait la tête des petits travailleurs, dont les laboureurs.

Le Dr. Maurice Curé a siege au Conseil du gouvernement de 1934 à 1936.

En 1936, il a été battu pour les élections générales. Huit canditads de la communauté blanche ont été élus. Le nombre d’électeurs était alors restreint. Il fallait avoir un niveau de salaire ou des biens acceptable. Les pauvres étaient exclus du droit de vote.
C’est après cette election de 1936,que le Dr. Curé a formé le parti travailliste Le 20 février 1936, il écrit:
"Seul un Parti travailliste bien organisé, s'appuyant comme il se doit sur le nombre ayant des intérêts communs bien nets, peut s'opposer au parti capitaliste et obtenir de lui le respect de ses droits…Le droit de vote doit étre réorganisé pour perùmettre par l'élection de ses représentants….

Il veut s'adresser « à ceux que l'égoïsme n'aveugle pas, ceux qui ne sont pas insensible au tableau de la misère engendrée par le chomage, la maladie, et les salaires bas."

"J'ai tracé la voie du peuple. Nous sommes le nombre, donc la force. Sachons vouloir !".

Le 23 Febrier, 1936, environ 8000 travailleurs dont beauciup de laboureurs de sucreries et aussi beaucoupo de familles créoles de moyenne et petite bourgeoisie s’est réuni Champ de Mars. C’était la première manifestation des travailleurs et des pauvres.

Il avait l’appui de Villiers René et des frères Bissoondoyal.
En 1939, René dit à Basdeo Bissoondoyal

" Curé avait toujours eu une idée fixe. C'etait d'amener l'évolution sociale. Il a par tous ses moyens œuvré pour accéléré les choses. C'est Curé qui a ouvert mon esprit. On traitait les travailleurs illettrés à la compagne comme on voulait. Le Dr. Curé leur a fait connaître leur droits. Curé est le plus grand homme politique de notre temps à Maurice. "
Curé n’était pas un grand orateur comme Guy Rozemont mais il uxsudait la sincérité .

Cet homme honnète de grande valeur morale a ruiné sa carrière et a perdu beaucoiup d’argent. Il a vécu dans la pauvreté.
IL avait one fille qui avait épousé un Domingue. Il s'est attaché au devoir d'éduquer les laboureurs et artisans. IL a tenu environ 50 réunions publiques à travers le pays.

En 1937, Jean Baptiste Caromey Anquetil, connu comme Emmanuel Anquetil, est devenu à son tourmember du pati tavailliste. A Camp de Masque, Moka, il réclame le droit de vote pour les travailleurs.

Le 1er September 1938, une grève générale zt déclarée parmi les dockers du port . Cette grève est déclarée illégale. Le Governeur Sir Bede Clifford proclame alors un état d’urgence qui lui donne tous les pouvoirs. Le Dr Curé a relaté ces évènements

"A onze heures de la nuit du 7 septembre… je fus réveillé pour recevoir deux officiers de la police et un ordre du gouverneur me privant de la libertés de mes mouvements. Le lendemain je vis ma demeure entourée de policiers. Les territoriaux en armes circulaient dans les rues avoisines."

Dr. Curé a éré mis en residence surveillée à Curepipe pour 12 jours Emmanuel Anquetil est arrêté à Rose Hill. Le 8 Septembre, le Colonel Deane,un anglais, Commissire de police declare qu’Anquetil va etre déporté à Rodrigues.

Le Pandit Sahadeo est aussi en surveillance dans sa maison.
D’autre membres du parti tavailliste Assenjee, le trésorier , Marc Abel, agent, et Emile Pitchen, sont aussi en surviellance policière. Pas moins de 287 dockers ayant pris part à la grève dite illégale, sont arrêtes et mis en prison.

Curé devait préciser:

"Le gouvernement avait fait une démonstration de force, sans raison sérieuses, qui avait eu comme résultat de décourager beaucoup de nos partisans."

Le Dr Curé avait été un chaud partisan de la Rétrocession de Maurice à la France. Il semble que cette activité volontaire du tribun ait été quelque peu oblitéré pour des raisons politiques .
En 1820, le mouvement de Rétrocessions de Maurice à la France prit de l’ampleur à Maurice.Les créoles les plus instruits pour la plupart des fonctionnaires ne pouvaient ouvertement faire entendre leur voix, étant employés par le colonisateur britannique, mais des écrivains et les employés d’entreprises ont adhéré au mouvementLéoville l’Homme, Philippe Galea, Lois d’Aabaddie, le Dr Maurice Curé, le Dr Rohan, le Dr E. Laurent, le Dr A. Ménage, August Esnouf, Armand Esnouf, et autres ont mené la campagne pendant l’année qui précéda les élections législatives.Apparemment la plate forme électorale était basée sur la Rétrocession. 55 % des votants ont voté pour E Nairac, et Jérôme Tranquille contre le Docteur Laurent et Maurice Curé partisans de la Rétrocession qui furent battus.Dans la deuxième circonscription importante, celle de Plaines Wilhems, Enouf, un chaud partisan de la Rétrocession fut battu par G Antelme, anglophile. Les autres circonscriptions de l’ile ont également élu des anti –rétrocessionnaires.La cause était perdue.Le recul des temps permet de mieux analyser les causes de cette défaite de nos jours.Du point de vue électoral la composition des électeurs était nettement en faveur des anti Recessionaires. Etonnamment, la majorité de l’oligarchie blanche et les hauts et moyens cadres des sucreries qui se déclaraient français d’origine, ont voté contre le retour à la France.Il semble qu’ils se sentaient bien sous l’administration britannique. Les recettes satisfaisantes du sucre négocié avec l’Angleterre ont joué dans la balance.Quand à la majorité d’indo mauriciens en majeure privée de droit de vote elle n’avait pour ainsi dire était exclue du débat. Ils préféraient en principe la langue anglaise et trouvait le français la langue des patrons. Ils n’avaient aucune raisons de se mêler à ce débat futile pour leur état.La défaite de Maurice Curé un actif partisan de la Rétrocession aura été pourtant le déclic de leur émancipation. Car c’est du Dr Curé qu’est venu la formation de Parti Travailliste, le droit de vote des indo -mauriciens et en fin de compte l’Indépendance à travers lea adjoints du tribun, Guy Rozemont et Seewoosagur Ramgoolam.En 2008, la majorité hindoue a le pouvoir absolu. La population créole privée de nombreux membres expatriés particulièrement en Australie n’a aucune assise dans le fonctionnariat. Cette situation vient d’être condamnée par le Père Grégoire.Ce pasteur dévoué au créolisme, Il défend les classes créoles qui sont les plus pauvres.La classe moyenne créole travaille en majorité dans le secteur privé. Elle observe avec intérêt ce qui se passe à la Réunion en ce moment avec l’intégration à la France. Certains regrettent amèrement d’avoir perdu le combat pour la Rétrocession.

La lutte de Maurice Curé pour l"émancipatrion des travailleurs a été reprise des années plus tard par Paul Bérenger.

Dans les années 70, Paul Bérenger va entrerendre cette lutte pour l'émanipation des travailleurs. Un groupe de réflexion d'etudiants avec Béranger; Vidula Nababsing, Prem Nabasing, Zeel Peerun, Joonid Jeerobarkhan , et bien d'autres opposants du gouvernement . En 1969, le MMM est créee. Le nouveau parti , le Mouvement Militant mauricien va connaitre aussi des moments difficiles. Certains ont été personellement affectés par la répression dont, Bérenger lui même, Fareed Muttur, Azor Adélaide, Devanand Routhoo et Zeel Peerun.

Plusieurs journalistes ont été des sympatisants et certains sont devenus memebres du MMM.
Jean Claude de l'Estrac ,Raj Meetarban Gilbert Ahnee ,Gérard Cateaux, Josie Lebrasse.

Mon ami Zeel Peerun, né en 1939 à Médine Camp de Masque a connu Béranger à l'université de Bangor, avec Jocelyn Deville. Il devait être un fidèle collaborateur de Béranger au sein du MMM, avec à ses côtés sa femme, Bety. Ildevait avoir aussi une carrière à la MSIRI comme Agronome, après avoir perdu son emploi en 1970, comme Horticulturist,au département d'agriculture pour avoir signé la pétition anti Benda. Celui çi affichait ouvertement son soutien au régime apartheid de l'Afrique du Sud et sa politique dictatoriale.

Le MMM a proné l'unité nationale, la justice sociale et la liberté. Des jeunes manifestent contre la visite de la princesse Alexandra .Douze d'entre eux, parmi, Paul Bérenger, Sushil Khushiram et Heeralall Bhugaloo, sont arrêtés.. Le premier comité exécutif national du MMM est constitué. Heeralall Bhugaloo et Paul Bérenger deviennent respectivement président et secrétaire du parti.

Une nouvelle fédération syndicale est créée, la GWF (General Workers' Federation) avec Paul Bérenger comme secrétaire. La répression s'amplifie dans le pays.

En septembre, une partielle fut organisée dans la circonscription de Pamplemousses. Pour sa première participation à un scrutin, le MMM remporte sa première victoire électorale avec Dev Virahsawmy et bat facilement une coalition Ptr/PMSD/
Le gouvernement approuve le Public Order Bill, et introduit l'état d'urgence Le MMM s'élève contre le gel des salaires des travailleurs du port. Lee MMM va cependant les élections municipales partielles à Beau Basin/Rose Hill..

En 1972, Plusieurs dirigeants du parti sont emprisonnés par le gouvernement . Ce parti, face au pouvoir et à l'argent, va graduellement subir des défections et des problèmes internes.
Le gouvernement fait voter une moi pour abolir les élections partielles après avoir renvoyé les élections générales. L'IRA (Industrial Relations Act) interdit aux travailleurs le droit de grève. Aucune grève générales n'est autorisée à Maurice.

En 1976, le MMM, devait remporter les élections générales avec 34 sièges contre 28 au Ptr et 8 au PMSD, pour sa première participation. Sir Seewoosagur Ramgoolam conclut alors une alliance avec sir Gaëtan Duval . Le MMM assuma le rôle de l'opposition parlementaire,

En 1977 les villes de Port Louis, de Beau Bassin/Rose Hill et de Vacoas/Phoenix passent sous le contrôle du MMM.

En 1981 contre le gouvernement Ptr/PMSD le MMM connaît son premier 60-0..
1983 C'est l'éclatement de l'alliance MMM-PSM.
Aneerood Jugnuth va devenir premier minisre mais sera évincé par le parti trvailliste du Dr Seewoosagur Ramgoolam .Le MMM retourne au pouvoir avec le fils de Jugnauth et béré=enger deviendra premier ministre pour environ deux ans. Navin Ramgoolam, fils de Sir Seewoosagur, reprendra le pouvoir.

Curieusement, les tribuns du parti de Navin Ramggolam ainsi que ceux du MMM se rendent chaque année, avec quelques partisans, sur les tombes de Maurice Curé , d'Emmanuel
Anquetil et de Guy Rozemont.

1 commentaire:

monomakh a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.